Pourquoi avons nous déjà perdu la bataille de l’intelligence artificielle

de | 3 mars 2019

L’intelligence artificielle est probablement le terme médiatique qui déchaîne le plus de passion depuis quelques années. Entre les partisans de la fin du travail répétitif et inintéressant et les partisans de la fin du monde, les débats sont houleux et les avis sont partagés. Mais un point fait consensus. L’avènement de l’IA est inévitable et se produira qu’on le veuille ou non. La question est de savoir qui seront les perdants et les gagnants de cette nouvelle ère qui s’annonce.

Qu’est ce que l’intelligence artificielle et comment a t’elle autant évoluée ?

Le terme Intelligence Artificielle est avant tout médiatique. L’IA, c’est simplement des algorithmes comme il en existe partout, qui fonctionnent sur la base de statistiques et qui sont connus depuis longtemps. Vous vous souvenez peut être du match épique de Kasparov et de Deep Blue en 1997, soit il y a plus de 20 ans. Plus récemment c’est Alpha Go qui a secoué la planète en battant les uns après les autres les maîtres du jeux du Go, ce qui était totalement impensable en 1997. Deux éléments ont changé depuis les années 80 – 90, deux éléments capitaux qui font que l’IA se développe de façon exponentielle depuis quelques années.

Le premier changement concerne la capacité des ordinateurs. La loi de Moore qui dit que la puissance des ordinateurs double tous les deux ans, commence certes à s’essouffler du aux limites de la physique, mais a permis à un simple smartphone de 2019 d’avoir beaucoup plus de puissance qu’un ordinateur haut de gamme des années 2000. Les algorithmes liés à l’IA, tel que le réseau de neurone étant très gourmand en calcul, les avancés matériels sont une aubaine pour multiplier les utilisations possible des divers algorithmes. C’est ainsi que le jeu de go qui semblait inabordable dans les années 90 et 2000 est maintenant accessible au concept du Deep Learning.

Le second changement concerne l’accès aux données. Une intelligence artificielle a besoin de données comme un moteur a besoin d’essence. Avoir le meilleur moteur ne sert à rien si vous ne pouvez pas le faire fonctionner, il en va de même avec le principe du réseau de neurone. Et c’est sur ce point que l’Europe est très en retard par rapport à ses principaux concurrents, les Etats Unis et la Chine.

L'intelligence artificielle dans le monde

Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque pays ?

Les Etats Unis :
Avantage :
– Des données mondiales grâce à Google, Facebook, Apple, Windows, LinkedIn, Amazon, Paypal… Les services et produits américains sont leaders sur la planète, ces produits possèdent des données par milliards, prélevées souvent à notre insu. Ces données ont une valeur inestimable pour développer des applications utilisant l’intelligence artificielle.
– Un écosystème très favorable au développement technologique. Le pays attire les meilleurs ingénieurs du monde et le VC (Venture Capital, soit le capital risque) y est très développé.
– Des équipementiers très puissant (Cisco…)
– Une volonté politique d’être les leaders du monde
Inconvénient :
– Une population de taille moyenne (330 millions), surtout par rapport à la Chine, mais même par rapport à l’Union Européenne.
– Une méfiance grandissante à l’égard des GAFA, principale source de données.

L’Union Européenne :
Avantage :
– Une population de plus de 515 millions d’habitants, ce qui en fait une des plus grande du monde derrière la Chine et l’Inde (celle ci risque cependant de chuter suite au Brexit).
– De nombreux pays différents, donc de nombreuses données de type différent.
Inconvénient :
– De nombreuses lois (RGPD etc.) qui limite la collecte et l’exploitation des données.
– Un écosystème pas très favorable au développement technologique. Les ingénieurs y sont pas très bien payés par rapport aux USA et à la Chine. Les politiciens ne comprennent que moyennement les enjeux technologiques et ne savent pas vraiment quoi faire.
– Un retard technologique, que ce soit au niveau des paiements bancaires que de la 5G (malgré Nokia) etc.

La Chine :
Avantage :
– Une population immense qui fournit un flux immense de données
– Des entreprises numériques et d’équipements très puissantes (Baidu, Alibaba, Wechat, Huawei…)
– Une avance dans l’utilisation quotidienne de la technologie moderne. Il est possible de tout faire par mobile par exemple.
– Une volonté gouvernementale de pousser la technologie et l’intelligence artificielle.
– Énormément de financement provenant du VC (Venture Capital, soit le capital risque)
Inconvénient :
– Une méfiance très prononcée et mondiale concernant les entreprises chinoise, notamment Huawei (le Cisco chinois).
– très sensible à une bulle qui provoquerait de très nombreuses faillites simultanées.

En conclusion, quel est le problème de l’Union Européenne ?

L’Union Européenne fait toujours la même erreur. En voulant protéger elle fragilise. En délaissant le protectionnisme elle pousse les jeunes entreprises à se faire racheter à la chaîne. Les entreprises du CAC 40 de plus ne jouent pas leur rôle de locomotive auprès des start-up. Au final la bataille de la 5G se déroule entre les USA et la Chine, avec l’Europe en spectateur. Pourtant l’union Européenne compte dans ses rangs un leader historique : Nokia. La 5G est un élément essentiel de l’intelligence Artificielle, 100 fois plus rapide que la 4G, elle permet un flux énorme de données. Elle est par exemple indispensable pour les voitures connectées.

Emmanuel Macron a dévoilé un plan à 20 milliard d’euros concernant le développement de l’intelligence artificielle au sein de l’Union Européenne. Samsung à lui tout seul investit 22 milliards de dollars dans ce domaine. Autrement dit, une entreprise privée d’un pays comme la Corée du Sud, certes multinationale surpuissante (des centaines de milliard de CA par an), investi à elle seule autant que l’Union Européenne toute entière. Bien entendu dans un système libéral il est difficile de comparer un investissement privé d’un investissement public, mais l’ordre de grandeur est là. Nous sommes donc coincé dans un système libéral qui considère que c’est au privé d’investir dans les secteurs clés, mais sans en donner les moyens. Les subventions sont très nombreuses en France, mais les retombés très mauvaises, l’argent ne va pas dans les nouvelles technologies car tout investissement est calculé pour être le moins risqué possible.

Les Etats Unis se battent pour changer le monde et donnent toute leur énergie dans ce combat. Les chinois ne veulent pas refaire la même erreur de négliger la science et se retrouver en bas du classement mondial. Ils investissent donc en masse dans les secteurs de demain car ils savent très bien que personne ne pourra empêcher l’avènement de l’Intelligence Artificielle. En revanche ceux qui seront leader dans ce domaine feront travailler leur population dans les multiples sous-domaines qui y seront liés, quand les autres pays verront leurs emplois décliner jour après jour. La Chine aura alors le cash pour racheter à bas prix les pays qui auront sombré à leur tour dans les limbes du classement, ou tout simplement racheter chaque nouvelle pousse européenne qui tente de renverser la vapeur (tout comme l’ont fait les multinationales des USA avant eux, lors de l’essor des entreprises liés à Internet pendant les années 90-2000).

Quand à L’Europe, persuadée d’avoir une mission idéologique, elle oublie que le prochain tournant arrive à grand pas. Ceux qui ont raté le précédent ont mis plus d’un siècle à s’en remettre, au prix d’énormes sacrifices…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.