Perdu en mode texte ? (VI, ed, man et Lynx)

de | 21 décembre 2010

Dans notre quotidien de développeurs pour le web nous sommes amenés à intervenir régulièrement sur toutes sortes de machines Linux ou BSD (dont Mac OS X sur lequel nous travaillons quotidiennement). Il n’est donc pas rare de se retrouver confronté à un serveur minimaliste sur lequel (vraiment) peu de logiciels sont installés.

Il s’avère donc parfois ardu (voir impossible) d’exécuter un bel éditeur de texte ou un serveur graphique X pour modifier quelques lignes dans un fichier de configuration. Surtout si on se connecte en SSH sur ce serveur avec une connexion limitée.

Si, la compréhension de la ligne de commande est évidement un prérequis pour les pros du web, nous avons cependant constaté que certains confrères (heureusement très peu nombreux) pouvaient se retrouver mal en point sans leur éditeur de texte habituel sous la main.

VI et VIM des éditeurs simples et puissants

VI et VIM des éditeurs simples et puissants

C’est pour cela qu’il est nécessaire de connaître au moins l’éditeur VI (ou sa déclinaison moderne VIM). Cet éditeur est généralement disponible partout. En tout cas, à mon sens, un administrateur consciencieux devrait l’installer sur chaque machine qu’il déploie.

VI a été développé dès 1976 par Bill Joy. Il s’agit d’un éditeur en mode texte qui s’exécute depuis un terminal. Il a l’avantage par rapport à EMACS (autre éditeur très connu et apprécié) d’être plus léger.

De plus, il a un fonctionnement particulier car c’est un éditeur modal. En fonction des commandes qui sont envoyées à l’éditeur, celui-ci autorise l’insertion de texte, le remplacement ou uniquement la consultation.

Les principales commandes de VI :

  • i (touche du clavier) : passe en mode insertion et permet de modifier le texte
  • echap (touche du clavier) : quitte le mode en cours pour revenir au mode normal (visualisation)
  • i (touche du clavier – depuis le mode insertion) : passe en mode remplacement (les caractères tapés remplacent ceux présents dans le texte)
  • :q (depuis le mode visuel) : quitte VI
  • :w (depuis le mode visuel) : sauvegarde le document en cours
  • /chaine de caractère (depuis le mode visuel) : effectue une recherche dans le document

Le but de cet article n’est pas de faire un cours sur VI mais de sensibiliser les aspirants développeurs et certains professionnels de l’informatique de l’importance de connaître au moins les fonctionnalités de base d’un tel éditeur.

Il est possible de tout faire avec VI, aussi bien qu’un éditeur graphique, mais il demande un peu d’apprentissage. Mais pour se débrouiller, seules quelques commandes sont indispensables.

Que faire si VI n’est pas disponible ? Si vous êtes dans le cas où aucun éditeur VI (ou compatible n’est disponible), il faudra vous en tenir aux outils UNIX de base. Dans ce cas, on regardera du côté de d’éditeur rudimentaire ed et de la commande man qui permet d’afficher le mode d’emploi (manuel) de la commande en question.

Lynx un navigateur en mode texte

Lynx un navigateur en mode texte

De même, si vous ne pouvez pas exécuter de navigateur Internet et que vous êtes coincés en mode console sur le serveur, essayer d’utiliser lynx qui est un navigateur textuel.

Liens important : Wikipedia (pour avoir un minimum d’infos), page officielle, les bases sur Comment ça marche, l’éditeur ed (Wikipedia), lynx le navigateur textuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.